Aller au contenu principal
Sorry, we no longer support Internet Explorer.
Please upgrade to Google Chrome or Firefox .

Ressources humaines

Ressources humaines
La politique RH

Banque Zitouna est une banque islamique, citoyenne et qui affiche des valeurs claires en conformité avec la finance islamique. Nous construisons des liens individuels et forts avec nos clients, fondés sur l’écoute et le conseil

Ressources humaines

Actualités

Comité Charia 44
29 sep 2020
44ème Réunion du Comité Charia de la Banque
Sous la Présidence du Dr Borhen NAFFETI, et la participation des membres Dr. Abdessattar Khouildi et Mr Hichem Raboudi, Banque Zitouna...
FinHack 2020
28 juil 2020
Fin’Hack : La compétition de la technologie au service de la Finance
Toujours à l’appui de l’innovation, ouverte à son environnement extérieur et leader de l’impact positif, Banque Zitouna, a accueilli pendant le weekend du 25 et 26 Juillet 2020, à son siège social, la compétition nationale Fin’Hack...
Smardi's Juillet 2020
24 juil 2020
Les Smardi's de Banque Zitouna autour de la Nouvelle Loi sur l'Economie Sociale & Solidaire
Banque Zitouna a accueili, le mercredi 15 juillet 2020 à son siège Social au Kram, M. Moez BelHadj Rouma, Député de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) et membre de la commission finance ainsi que  M. Youssef Fennira,...

FAQ - Questions Fréquemment Posées

Dates importantes relatives à Banque Zitouna

- Idée de création : 2006
- Accord de l’agrément auprès du ministère des Finances : 25 Décembre 2008
- Date effective de création : l’Assemblé Générale Constitutive du 21 octobre 2009
- Phase « Friends & Family » : Début Mai 2010
- Date d’inauguration : Vendredi 28 Mai 2010
- Date d’ouverture au public : Vendredi 28 Mai 2010

Est-ce qu’une Banque islamique implique une Banque moins chère ?

Banque Zitouna est un établissement bancaire à but lucratif régi par les lois en vigueur. Aussi bien les actionnaires que les investisseurs (déposants) recherchent à rentabiliser les fonds confiés à la Banque. Il revient aux dirigeants de la Banque de gérer les fonds qui leur sont confiés dans les meilleures conditions de gestion possibles. Etre compétitif n’est pas synonyme de « bas prix », par contre, le souci d’être rentable et la ferme volonté d’offrir des services de haute qualité garantissent le développement et la pérennité de l’institution

Expliquez nous succinctement les techniques de la Finance Islamique

- Mourabaha : C’est une opération de financement par laquelle la Banque procède, sur demande du client, à l’acquisition au comptant d’un bien et sa revente à l’acheteur final (le client) avec paiement différé du prix de vente qui est composé du coût d’achat plus une marge bénéficiaire revenant à la Banque. Cette marge de profit, préalablement déterminée, peut être un montant fixe ou un pourcentage du coût d’acquisition du bien.
- L’Ijara (assimilée au leasing) : La Banque achète des biens (meubles ou immeubles) et les met à disposition des clients demandeurs pour en faire usage en contre-partie d’une rémunération (loyer). Le loyer est composé d’une partie amortissement de la valeur du bien, et d’une deuxième partie représentant la contre-partie de l’usufruit tiré de ce bien et payable par tranche périodique. Ce contrat peut être assorti d’une option d’achat qui devra être contenue dans un acte séparé, exerçable à l’échéance ou en cours de contrat.

- L’Istisna’a : C’est un contrat par lequel le client demande la fabrication d’un bien (meubles ou immeubles) en vue de son acquisition. La Banque charge un fabriquant (un entrepreneur) pour l’exécution de cette commande suivant les normes demandées avec possibilité à l’acquéreur de mandater un bureau de contrôle pour la réception du bien à fabriquer. La Banque règle le coût d’acquisition au fur et à mesure de l’avancement de la fabrication et vend le bien fabriqué à un prix de vente comprenant le coût de fabrication et la marge bénéficiaire de la Banque.

- Moudharaba : c’est une forme de partenariat où une partie apporte les fonds et l’autre (moudharib) l’expérience et la gestion. Le bénéfice réalisé est partagé entre les deux partenaires sur une base convenue d’avance mais les pertes sont aussi assumées par les deux parties, chacun en fonction de son apport .

- Moucharaka : c’est un contrat par lequel deux ou plusieurs parties participent dans le capital d’une entreprise ou dans le financement d’un projet ou d'une opération en apportant chacune sa quotepart. Le résultat dégagé par l’entreprise (ou par le projet /opération) en cas de bénéfice sera partagé sur une base convenue d'avance, ou bien une perte qui sera assumée par les parties au prorata de leurs apports respectifs.